Bienvenue sur notre blog!

 

Tout d'abord, merci beaucoup de nous avoir soutenu sur le portail BabelDoor, grâce à vous nous avons pu récolter les 2000 € manquants à notre budget! Encore merci!

 

Nous vous invitons à suivre notre aventure sur le terrain.

Nous essaierons dans la mesure du possible de vous tenir au courant du déroulement de notre mission sur le terrain, et nous posterons le plus de photos possibles!

 

A bientôt!

 

ven.

09

août

2013

Fin de la mission !

Nous voici de retour à Tana chez Emilie depuis 3 jours. Nous avons bien fini notre mission terrain. Nous sommes globalement satisfaits du déroulement général de celle-ci, que ce soit au niveau logistique : motos, traductions, logement, nourriture… ou au niveau de la mission en elle-même : organisation des équipes, qualité des entretiens, informations recueillies…

 

Pour pouvoir finir correctement, nous avons mixé les équipes 2 et 3 la dernière semaine, afin de pouvoir approfondir une innovation de plus tout en travaillant en parallèle sur une autre innovation et sur les derniers entretiens de trajectoire d’exploitation.

 

Nous avons dis au revoir à Kora et Toky le samedi 3 août, Kora devant rentrer plus tôt chez elle pour des raisons personnelles et Toky partant en vacances à Tamatave. Nous avons nous-même dis au revoir à toutes les personnes qui nous ont entourés durant cette aventure : les enfants et les amis de la cour, Lova, Raymonde, Roland le boulanger et son fils, Herilaza, Rinja et sa famille, Dô nos traducteurs, Thierry qui fait parti d’AVSF et qui nous a aidé pour les menus problèmes logistiques … C’était un peu triste, on gardera, je pense, tous un bon souvenir d’Amparafaravola.

 

Nous avons dis au revoir à Charlotte hier, elle s’est envolée pour La Réunion, rejoindre sa famille. Nous avons également dis bonjour à Martin, un ami de baptiste qui nous a rejoins le même jour. Lucie, Eva, Mariama, Julien, Baptiste et Martin sont partis aujourd’hui pour nos 10 jours de tourisme en direction de l’île Sainte Marie et Tamatave sur la côte Est. Quant à Sophie-Charlotte et moi-même, nous partons demain matin pour Antsirabe puis Morondava sur la côte Ouest (là où il y a les baobabs).

 

Nous revenons tous normalement le 20 août à Tana, pour acheter les derniers souvenirs, boucler les valises et décoller le soir même pour la France.

 

Vous l’aurez compris, notre périple touche à sa fin, mais nous avons encore quelques jours d’aventures devant nous.

 

Cet article est sûrement le dernier, merci de nous avoir suivi, de nous avoir soutenu, de retour en France nous mettrons sûrement des photos, et peut être un dernier dernier article de conclusion finale à la toute fin de la MJE fin novembre… Et oui, les livrables pour le commanditaire, les rendus pour l’ISTOM nous attendent au retour de France.

Nous rencontrons d’ailleurs M. Ricordeau notre commanditaire en France le 22 août à Cergy pour lui rendre compte de notre mission.

 

Voilà !! Encore un grand merci aux participants de Babel Door, qui nous ont donnée un sacré coup de pouce et aux autres pour avoir pensé à nous !

 

A bientôt

 

Maéva pour la MJE EDRA

2 commentaires

dim.

21

juil.

2013

2 semaines avant la fin de la mission terrain !

Nous voici sur les chapeaux de roue ! Le rythme de la mission s’accélère un tant soit peu. En effet, il ne nous reste que 2 semaines de mission terrain à Amparafaravola. Nous n’avons pas vu le temps passer, plus d’un mois déjà !

 

Il nous reste encore beaucoup de choses à approfondir, nous ferons au mieux et si nous n’avons pas le temps, nous ferons en sorte de fournir un travail de qualité avec les informations que nous détenons (qui sont plutôt fructueuses). En effet, nous comprenons de mieux en mieux le contexte dans lequel s’insère AVSF et le projet BV Lac dans la zone où nous sommes. Nous découvrons sans cesse de nouveaux acteurs et institutions intervenants de près ou de loin au près des paysans. Nous approfondissons et comprenons également les différentes stratégies et trajectoires d’exploitation que nous visitons. De même pour ce qui est de la diffusion des techniques que nous avons identifiées comme étant innovantes. Nous avons engagé un troisième traducteur pour nous permettre d’être plus efficients dans notre travail. La vie à 9 se déroule plutôt bien, bien que parfois cela puisse être un peu pesant pour quelques raisons que ce soit, on s’en sort plutôt bien dans l’ensemble.

 

Nous avons quelques petites habitudes routinières, nous mangeons tous les midis au « tsiky tsaky », chez Raymonde et le soir nous mangeons maintenant chez Rinja, l’un de nos traducteurs, sauf le mardi soir ou nous retrouvons Lova (« Louve ») et ses pâtes sèches. La femme de Rinja nous prépare à manger (contre rémunération bien entendu), cela a un côté plus pratique pour nous et nous évitons ainsi le facteur maladie dû à la nourriture. De ce point de vu là Baptiste et Kora sont à présent en bonne santé. Nous nous fournissons régulièrement en mandarines, beignets à la banane ou beignets de maïs, petits plaisirs quotidiens. Le vendredi soir reste le soir consacré à la détente, karaoké ou soirée à la maison avec musique et danse en compagnie de nos amis malgaches de notre cour.

 

Le dimanche reste notre jour off. Dimanche dernier nous avons été conviés par Rinja à faire un tour en Kubota (le motoculteur qu’utilisent tous les paysans qui en ont un, pour le transport prioritairement) attelé d’une remorque. Nous avons été sur un terrain appartenant à son père, au creux des tanetys, en compagnie de sa mère, son frère et son beau-père. Nous avons pique-niqué aux abords d’un lac, il faisait grand beau et nous avions devant nous un magnifique paysage. Le frère de Rinja nous avait préparé une sorte de riz cantonnais accompagné de la fameuse viande de zébu. L’après-midi a été consacré à une petite balade pour certains ou à une sieste pour d’autres. Aujourd’hui, Lucie, Eva, Baptiste, Mariama et Julien vont tenter d’accéder au lac Alaotra. Kora, Charlotte, Sophie-Charlotte et moi-même restons à Amparafaravola, pour profiter des environs.

 

Nous avons fixé le retour à Antananarivo le 6 août, Emilie nous accueillera de nouveau chez elle. Il sera alors temps pour nous de commencer à rassembler toutes les informations, de rendre compte au siège d’AVSF et de préparer notre semaine de tourisme, la fin de la mission s’achevant le 10 août. Le retour en France est prévu le 21 août….

 

Le prochain article sera sûrement posté d’Antanarivo, peut être avant mais rien n’est sûr!!

 

A bientôt !

 

Maéva pour la MJE EDRA

3 commentaires

ven.

05

juil.

2013

Avancée de la mission

Nous voici après deux semaines et demie de terrain. Notre tuteur, un professeur de l’ISTOM, nous a rejoints pendant 4 jours, pour nous aider à démarrer notre phase terrain. Nous avons commencé les phases d’entretiens avec les paysans malgaches qui se sont avérés très intéressants et instructifs pour notre mission. C’est lui qui menait les entretiens, afin de nous montrer comment procéder.

 

Il est parti le lendemain de la fête nationale malgache (26 juin), jour de l’indépendance du pays en 1960. Il nous a été conseillé de rester chez nous à partir de 15h ce jour, car les malgaches fêtent bien l’évènement et ça aurait potentiellement pu mal tourner pour nous. Nous avons continué dans la lancée après son départ.

Nous sommes organisés en 3 équipes. La première équipe, composée de Mariama et Charlotte, est chargée de comprendre la chaîne logique du projet et les liens existant entre tous les acteurs du projet, essentiellement au niveau institutionnel. La deuxième équipe, composée de Julien, Lucie, Kora et moi-même est chargée, de comprendre historiquement les évolutions des diverses exploitations (au niveau de l’agriculture et de l’élevage) touchées directement ou non par l’action d’AVSF et d’identifier les innovations (changements de pratiques) paysannes. La troisième équipe, composée de Eva, Baptise et Sophie-Charlotte, est chargée de comprendre et d’identifier la diffusion des diverses innovations identifiées.

 

Tous les trois jours à peu près, nous faisons une synthèse collective où nous partageons les diverses informations recueillies afin de les recouper et pour conforter nos idées, pour éventuellement identifier quelques biais. Au fur et à mesure des entretiens, nous amassons pas mal d’informations, il est parfois difficile d’y voir clair et de faire le tri mais, ça commence à se décanter.

 

Mariama et Charlotte sont allées pendant 3 jours à Ambatondrazaka, « la ville », à environ 70 km (2h de route) d’Amparafaravola. Elles ont rencontré le chef de mission de BRL, le directeur de la DRDR (Direction Régional du Développement Rural), la directrice de la DIREL (Direction Régional de l’Elevage du Lac) et un ingénieur agronome du GSDM (Groupement Semi Direct de Madagascar), ce sont des institutions impliquées de près ou de loin dans le projet BV-Lac dans lequel AVSF s’insère.

 

Après de longues journées, nous prenons quand même le temps de nous reposer. Certains d’entre nous retrouvent nos « voisins » dans notre cour le soir (enfants et jeunes comme Eric et Dinah), pour échanger autour d’un jeu de cartes, d’une partie de foot, de danse, de musique et de chants… D’autres s’adonnent à la lecture ou au visionnage de films. Nous prenons notre repas le midi au « Tsiky Tsaky » chez Raymonde, qui s’est habituée à nous et c’est toujours un plaisir de la retrouver. Le soir nous allons chez Lova « Louve », toujours souriant et sympathique.

 

Nous avons décrété le dimanche comme notre jour « off ». Dimanche dernier, nous sommes allés à « la grotte », guidés par Toky « Touckii ou Coquinou », l’un des jeunes de la cour, qui parle très bien français et avec qui nous nous sommes liés d’amitié. « La grotte » se situe en haut de l’une des collines qui entoure la ville d’Amparafaravola. Il s’agit en fait d’une sorte de chapelle. Nous sommes allés un peu plus loin pour découvrir un paysage splendide. A notre gauche, les tanetys (les collines), qui sont très peu boisées et marquées par l’érosion. A notre droite, une immense plaine, aménagée en une multitude de parcelles de rizières. Et en face de nous au loin, tout au loin, une longue et petite bande bleue au pied d’autres tanetys : le lac Alaotra. Nous essayerons d’y aller un de ces dimanches. Apparemment il faut y consacrer une bonne journée.

 

Nous comptons deux malades parmi nous, Kora et Baptiste dont l’état de santé s’est nettement amélioré aujourd’hui (rien de grave les amis, mais nous ferons plus attention lorsque nous mangerons du porc), sans compter ceux atteints de la fameuse turista (je ne vous fais pas de dessin). Heureusement pour nous, nous ne sommes pas atteints tous en même temps, ce qui poserait problème pour l’accès aux toilettes (et oui ce n’est pas à négliger), mais aussi pour le déroulement de la mission. Sinon tout le monde va bien.

 

Demain nous dirons au revoir à Angelin, un étudiant malgache, stagiaire à AVSF également, qui nous a côtoyés et supportés pendant une semaine et demi. Il nous a accompagnés lors de certains entretiens. Il doit normalement comprendre l’organisation interne de l’ONG, au niveau de la coordination, mais il a fait un petit tour sur le terrain pour comprendre et voir les techniques que les paysans malgaches pratiquent.

 

Voilà voilà !!

A très vite pour de nouvelles aventures !!

 

Maéva pour la MJE EDRA.

2 commentaires

sam.

22

juin

2013

Arrivée à Amparafaravola, région Alaotra-Mangoro

Nous sommes arrivés jeudi dans l’après midi à Amparafaravola, notre ville QG pour le temps de notre mission, après 8h ou 9h de taxi-brousse (pour un parcours de 200km environ…). L’état des routes n’est pas fameux, mais ça va encore, en comparaison avec d’autres pays que nous avons chacun eu l’occasion de parcourir. Nous avons été très bien accueillis par Thierry, le responsable AVSF du projet, nous l’avions déjà vu à Tana.

Nous logeons dans les anciens bureaux d’AVSF, étant donné que le projet BV Lac arrive à son terme, nous avons leur locaux à disposition. Nous avons deux chambres, une cuisine, une salle de bain et des toilettes « normales ». Mais pas d’eau courante. Heureusement, nous avons un puits en commun  avec les familles qui sont dans la même cour que nous. Tous les matins et tous les soirs, nous avons donc une corvée puits pour remplir un gros bidon. Nous pouvons nous rendre compte à quel point nous utilisons l’eau très souvent dans une journée (surtout à 9…).

 

Nous nous organisons petit à petit pour des petites choses de la vie quotidienne, Baptiste nous cherche du pain chaud tous les matins, pain qui fait la renommé d’Amparafaravola. Les tours de douches (au seau donc, la plupart du temps avec de l’eau froide) se mettent en place. Nous mangeons dans des « Hotely », petites gargotes faisant office de restaurant. Nous avons pu goûter au poulet sauce/riz, à la soupe de pâte/mortadelle, à la viande de zébu/riz, au porc/pois d’angole , à la langue de zébu/riz… Vous l’aurez compris, nous allons manger beaucoup de riz au cours de notre séjour. Ce n’est pas pour rien que la région du lac est qualifiée de « grenier à riz de Madagascar ».

 

Amparafaravola est une petite ville parcourue par une route goudronnée. Il y a pleins de petits magasins, de petites épiceries où l’on peut trouver un peu tout et n’importe quoi. Quelques étales de fruits, une vieille dame qui fait des beignets de bananes excellents, un très bon boulanger, un karaoké (on espère pouvoir y aller régulièrement), une église, un stade… Nous n’avons pas encore tout vu, mais nous en aurons bien le temps. Une bonne partie des maisons sont faites en terre (sorte d’argile séchée) avec un toit en paille (ou quelque chose qui s’y ressemble), les autres sont en briques. La plus grande maison (et on la voit de loin) appartient au propriétaire de la rizerie.

 

En ce qui concerne la mission, un groupe composé de Charlotte, Mariama et Sophie-Charlotte est allé à Ambatondrazaka, la « grande-ville » à deux heures d’Amparafaravola, pour rencontrer le directeur de la cellule BV-Lac (M. Tsito). Elles ont également pu faire quelques petites courses, des produits que l’on ne trouve pas forcément ici. Le reste du groupe a rencontré et sélectionné les traducteurs qui nous accompagneront voir les paysans et travailleront avec nous. Nous avons également fait une réunion avec Thierry. Aujourd’hui, nous avons rencontré le chef du fonkontany (sorte de district appartenant à la commune d’Amparafaravola) le plus proche, dont le nom m’échappe. Le chef nous a souhaité la bienvenue et nous a servie du tokagache (tokagasy), alcool de sucre de canne, assez fort … Nous avons également accueilli M.Oswald, notre tuteur de l’ISTOM qui nous a rejoint, et nous avons directement enchainé sur une réunion. Nous pouvons nous rendre compte à quel point la différence est grande entre la bibliographie que nous avons pu faire pendant toute une année et les informations que nous avons pu recueillir auprès des différentes personnes rencontrées. Notre mission se complique mais n’en reste pas moins passionnante.

 

Nos journées sont bien remplies, mais nous avons quand même du temps pour nous balader dans la ville, parler avec les enfants de notre cour, apprendre quelques mots de malgaches, jouer au foot avec eux, où les écouter jouer de la musique.

 

Maéva, pour la MJE EDRA

4 commentaires

lun.

17

juin

2013

Premier jour à Antananarivo, Madagascar!

Nous y voilà enfin!! Après un an de travail, nous sommes arrivés à la concrétisation de notre projet!

 

Nous sommes arrivés à Madagasacar à la capitale Antananarivo ou Tananarive la nuit dernière après un assez long voyage et beaucoup de retard sur les horaires prévus! Une dizaine d'heures de vol et quelques heures de retard ont fait que nous avons mis pied à terre vers 2h du matin. (et nous nous sommes accessoirement couchés vers 5h...).

Nous restons à la capitale 4 jours, nous partons jeudi matin pour Amparafaravola, sur les rives du lac Alaotra pour effectuer notre mission.

Lors de notre séjour dans la capitale, nous logeons chez une ancienne istomienne fort sympathique, Emilie, chez qui nous organisons la logistique pour notre arrivée et notre séjour sur le lac, et où nous prenons contact et discutons avec les différents acteurs du projet disponibles et présents ici. 

 

Vous l'aurez compris, à peine arrivés, nous voici directement dans le bain (et pour cause, un premier rendez-vous aujourd'hui vers 10h au siège d'AVSF).

 

Nous avons donc également l'occasion de découvrir un petit bout de Tana, capitale en altitude à environ 1400 m et très étendue. Les maisons sont à la fois les unes sur les autres et espacées par des parcelles de rizières (ou autres...), elles sont contruites sur les collines, ce qui donne un aspect assez vallonné à la ville.  Il ne fait pas très chaud pour l'instant (nous sommes en hiver ici), les pulls sont de rigueur, mais on ne se plaint pas. Il paraît qu'au lac, il fera meilleur...  Ah oui, il n'y a pas beaucoup de motos, pas mal de voitures, de taxis, de mini-bus, de camions... ce qui fait qu'il y a beaucoup de bouchons aux heures de pointes. Cela s'est soldé pour nous par un retour de nuit à pied sous les étoiles (18h...), du siège d'AVSF jusqu'à chez Emilie.

 

Voilà, l'aventure commence pour nous!!

Nous allons essayer de donner des nouvelles assez régulièrement, bien que la connexion Internet ne soit pas assurée sur les rives du lac...

 

A bientôt!

 

Maéva de la MJE Edra

 

 

4 commentaires